Les théories du complot : l’ère de la post-vérité

Commander sur le site de la librairie Jean Calvin

Depuis plus de 15 ans, le philosophe et historien des idées, Pierre-André Taguieff, s’emploie à retracer l’histoire du complotisme. Auteur de trois ouvrages de référence, le spécialiste revient après son Court traité de complotologie, en publiant Les théories du complot, dans la collection « Que sais-je? ».


Pierre-André Taguieff esquisse la généalogie et l’impact de cette prolifération des théories du complot. Il y dépeint un contexte mondial gangrené par la suspicion à l’égard des autorités traditionnelles et des vérités « officielles ». Il explique que l’incertitude, liée au contexte sanitaire, n’a fait qu’accroitre l’imaginaire d’un ennemi invisible. Selon certains observateurs, la société serait rentrée dans l’ère de la « post-vérité ».


Dans ce contexte, Taguieff fait le constat suivant : aujourd’hui, tout événement non prévu provocant une quelconque stupeur, indignation, angoisse ou terreur peut être interprété comme le fruit d’un complot. Il s’agit d’éliminer toute trace de hasard dans l’Histoire. Cette théorie est fondée sur l’imaginaire d’une puissance occulte et malfaisante, personnifiée par un ennemi diabolisé et protéiforme : jésuites, franc-maçons, judéo-maçons, judéo-bolcheviks, capitalistes, néo-libéraux, américano-sionistes.


Il rappelle par ailleurs que l’avènement du numérique et d’Internet pendant les années 1990 a été un vecteur dans l’expression du sentiment complotiste. Cette plateforme a permis à ces croyances controversées de s’inscrire dans la culture populaire : films, séries, jeux vidéo, etc., autant de contenus visuels abordant ce sujet si sulfureux. Selon l’auteur, ces éléments ont considérablement affaibli la capacité à distinguer le vrai du faux. En effet, ces propagateurs sèment la confusion et la peur sur les réseaux par une rhétorique du soupçon.


Il dresse par la suite le profil des personnalités complotistes : la passion du dévoilement, le goût des révélations, une posture contestataire au nom d’une alter-expertise, une sempiternelle indignation et condamnation de la pensée dominante. Leur posture est celle d’une contestation systématique en se proclamant en martyrs de la liberté d’expression.


Dans ce court ouvrage, Pierre-André Taguieff explore les mécanismes de ces théories nébuleuses et offre une base de connaissance bien adaptée aux exigences de la culture contemporaine. Cet essai, au format « Que sais-je? », est une parfaite synthèse de son oeuvre sur le complotisme. L’ouvrage fait office de guide pratique et pédagogique pour éclairer toute la confusion, qui règne autour du complot.

Pierre-André Taguieff, Les théories du complot, Paris, Puf, « Que sais-je ? », 2021.


Maxime Langlade

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :