Que veut dire « se convertir »?

Achetez sur Librairie Jean Calvin.fr!Les sciences sociales ont tâché, ces dernières décennies, de rendre compte d’un phénomène marquant de la « modernité liquide » : le passage d’une religion à une autre. Mais cette analyse « horizontale », dans un contexte où culte de l’expérience s’est répandu, a rendu floue la perspective proprement chrétienne de la conversion. Paul Helm, dans son livre récemment traduit chez Europresse, revient sur sa définition biblique.

L’appel à la conversion est central dans les Ecritures, notamment dans la prédication des apôtres (Ac 3.19), et c’est ce que l’auteur commence par montrer. Plus qu’un changement d’affiliation religieuse, la Bible présente la conversion comme un miracle de résurrection : elle est l’implantation de la vie divine chez l’homme spirituellement mort.

La volonté du livre est donc de replacer la conversion dans son cadre théologique et de définir les éléments inséparables qui composent ce « changement profond de mentalité » : la conviction de péché, la repentance véritable, la foi en Christ.

Sans figer ce moment inaugural de la vie chrétienne dans un schéma (selon lequel la conversion devrait suivre certaines étapes chronologiques), l’auteur insiste sur le fait qu’une conversion authentique doit comporter ces aspects. Il réfute ainsi des conversions fausses ou incomplètes : conviction de péché sans repentance (« tristesse selon la chair »), expérience spirituelle sans changement de vie, « décision » personnelle sans appel de Dieu, etc. ainsi que des slogans qui sèment la confusion (ex : « Sauvé un jour, sauvé toujours »).

Le principal avantage du livre est de remettre le projecteur sur la conversion. Mais il répond aussi, de la bonne façon, à nombre de questions. Par exemple, à quelqu’un qui se retourne vers son expérience de conversion pour savoir si il est véritablement converti et obtenir ainsi de l’assurance, l’auteur lui montre qu’il fait fausse route. L’expérience a sa place, mais notre assurance est dans la foi au Christ aujourd’hui ; celui qui doute ou s’interroge peut simplement se tourner vers l’auteur de son salut.

D’autres objections sont abordées, comme :

  • Dire que la conviction de péché est nécessaire, est-ce que ce n’est pas poser une condition à la justification ? Cela n’est-il pas légaliste ? (Et l’auteur de définir avec pertinence ce qu’est le « légalisme ».)
  • Si la conversion est d’abord l’œuvre de Dieu par le Saint Esprit et la Parole, l’homme n’est-il pas rendu irresponsable ? etc.

A mon sens c’est un très bon livre sur la conversion, pour ceux qui s’interrogent sur ce qu’elle est et ceux qui doivent la prêcher. Son approche est doctrinale, mais le ton est vivant, voire percutant par moments. Enfin, le livre souffre de quelques redondances, c’est son défaut. Mais dans l’ensemble, c’est une bonne référence.

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :