David Klassen, la foi au temps de l’URSS

L’histoire des chrétiens sous le régime soviétique est une histoire de persécution et d’adaptation ; malgré les risques encourus, le maintien et la propagation de la foi ont pris des chemins étonnants, comme ce fut le cas pour l’évangéliste David Klassen.

 

Achetez sur Librairie Jean Calvin.fr!

La couverture est un peu vieille, la mise en page rudimentaire ; mais le témoignage de David Klassen est un document exceptionnel (surtout en français) qui couvre presque l’entièreté du siècle : né en 1927, dix ans après la Révolution, il ne quittera l’URSS qu’en 1974, après avoir vécu la plupart des drames réservés aux croyants. Né à Kronsweide sur le Don, il appartient par sa famille à la communauté des colons allemands mennonites venus s’installer en Russie à la fin du XVIIIe siècle. Ces colonies, devenues riches et prospères, furent décimées par la politique soviétique. Son père travaille au kolkhoze, comme la grande majorité des paysans, mais il est dénoncé (sur un faux motif) par un mennonite passé au communisme. Libéré après un temps de prison, il ne connaît pas le sort de la moitié des hommes mennonites et, à plus forte raison, de ceux qui ont des responsabilités religieuses : « disparitions », tortures, camps de travaux forcés, Goulag. Endoctriné par l’éducation communiste, il est un bon petit « komsomol » ; mais lorsque les Allemands arrivent en 1941, la région tombe sous le contrôle des nazis. Le voilà enrôlé dans les Jeunesses hitlériennes, puis dans la Wehrmacht. Malheureusement, il ne s’étend pas sur cette période, dont on sait qu’elle fut faite de compromissions et de lâchetés pour nombre de mennonites ; mais c’est au cours de cette période qu’il se convertit, suite à une réunion de prière. A dix-sept ans, il est arrêté par les Polonais : on est en 1945 et, pendant deux ans, il est sans nouvelles de sa famille, renvoyée en Russie. C’est dans les années 50 que se précise sa vocation d’évangéliste ; il exercera son ministère entre les incarcérations au Goulag, les voyages missionnaires et l’exil dans les « villages de bannissement », notamment au Kazakhstan, où sa femme et ses enfants résident.

soviet poster2
Poster soviétique anti-religieux ukrainien. 1930.
« Femmes ! Libérez-vous des liens de la religion! Construisez le socialisme! »

Il est responsable dans les Eglises « non déclarées », dans lesquelles les chrétiens baptistes et mennonites qui essaient d’échapper au contrôle du gouvernement se retrouvent ; il participe à l’édition clandestine de littérature chrétienne, connaît la famine, les trahisons des « faux frères», la surveillance et les pièges du KGB, tout en gardant une foi simple, et, à certains égards, déroutante. De même, l’attitude de son groupe de chrétiens vis-à-vis du pouvoir politique interroge, même si la distance ne permet pas de trancher. En 1966, ces derniers manifestent pacifiquement à Moscou pour avoir une entrevue avec le ministre et défendre la liberté de conscience. Il en résulte une répression. Bien que cela ne soit pas analysé, on peut s’interroger quant à l’influence du baptisme américain sur le rôle politique des églises et des missionnaires occidentaux dans ce contexte de fin de Guerre froide ainsi que sur la légitimité d’un tel combat.

Au-delà, son récit autobiographique est précieux parce qu’il donne une vision chrétienne de la persécution et du monde des victimes du communisme, notamment au Goulag. L’ensemble est paradoxalement lumineux : malgré sa volonté, comme il le dit à plusieurs moments, d’accepter la croix, l’opposition n’a pas raison de lui, et son regard de foi transcende une vie sacrifiée. De nombreux exaucements viendront confirmer sa foi, jusqu’à son émigration vers l’Allemagne en 1974, où il s’engagera dans la Mission Friedensbote (Messager de paix), qui œuvre, encore aujourd’hui, en faveur des chrétiens de Russie.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :