Mennonites en Amérique du Sud

Avec un peu de retard, il convient de signaler la traduction de cette synthèse sur l’histoire des mennonites en Amérique du Sud.

L’image des mennonites d’Amérique du Sud a été popularisée par des reportages ou des films. Lumière silencieuse de Carlos Reygadas (primé à Cannes) ou encore la série canadienne Pure ont installé leur scène (au moins en partie) dans les colonies mennonites du Mexique. Que l’on s’émerveille devant le temps et les paysages qui s’étirent en des heures contemplatives ou que l’on hallucine en voyant des barons mennonites transporter de la cocaïne pour les cartels, il manque tout de même une vue d’ensemble. Des documentaires se sont focalisés sur les communautés (et les scandales), hyperconservatrices, de Bolivie. Mais au-delà du folklore, voire du trouble, suscités par leur étrangeté, le grand public ne sait pas grand chose de l’histoire et des convictions qui ont amené les mennonites jusque dans ces déserts (ils sont aujourd’hui près de 200 000).

La première église mennonite à s’établir en sol latino-américain a célébré sont premier culte en 1919, dans le village de Pehuajo, en Argentine. Elle est le fruit d’efforts missionnaires des mennonites d’Amérique du Nord, qui se poursuivront tout au long du XXème siècle.

L’autre vague majeure provient de l’exil et des migrations : des mennonites fuyant leurs pays d’origine (Canada, URSS) se sont installés à partir des années 1920-1930 aux Mexique, Paraguay, Brésil, Bolivie, et jusque dans le petit pays du Belize. A la recherche de privilèges pour vivre leur foi dans la plus grande autonomie, loin de la civilisation, ils en sont venus à constituer en certains endroits un « état dans l’Etat » (mennonite state). Ces colonies se gèrent en effet elles-mêmes sur le plan de la religion, de la police et de l’éducation; par leur éthique du travail et leur économie coopérative, ceux du Paraguay, par exemple, sont même devenus très prospères.

Ce volume est écrit par un historien mennonite sud-américain, Jaime Prieto Walladares, rejoint la série d’histoire globale des mennonites lancée par la Conférence Mennonite Mondiale en 2009. Elle montre une diversité et un caractère multi-ethnique que l’on est loin de soupçonner, mais laisse un peu dans l’ombre les difficultés posées par certaines options ecclésiologiques et politiques (le principe même de « colonie »), la proportion grandissante de « mennonites sociologiques » ou les dangers représentés par certains environnements. On reste un peu sur sa fin en terme de critique. Mais le travail est conséquent, sourcé, exact et donne un excellent tour d’horizon de la réalité mennonite en Amérique latine, qui va jusqu’à la Jamaïque…

 

Achetez sur Librairie Jean Calvin.fr!

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :