Camisards et Vendéens (II) Histoire d’une comparaison

Bientôt en vente sur Librairie Jean Calvin.fr!

Dans leur introduction à Camisards et Vendéens, Jean-Clément Martin et Philippe Joutard reviennent sur l’histoire d’une comparaison entre ces deux guerres, son intérêt et sa légitimité. La vivacité de leurs mémoires en est une raison première.

 

Guerre des Camisards, guerre de Vendée, la comparaison n’est pas nouvelle. Déjà, en 1862, dans son roman Les Misérables, Victor Hugo compare les agissements du maréchal de Louis XIV, Montrevel, à ceux du représentant en mission de la Convention, Carrier, exerçant une répression sans faille des insurgés. Trois ans plus tard, Edgar Quinet, l’ami de Michelet, va encore plus loin dans la comparaison qu’il fait de la terreur de Louis XIV et de la terreur jacobine, avec une référence précise aux deux guerres : « Les noyades de la Loire ont leur modèle : au xviie siècle, un Planque (collaborateur de Montrevel) proposait que l’on noyât en mer les protestants. Avertissement à Carrier. »

Mais ce fut surtout avec Émile Coste, ancien inspecteur général des Mines, dans une allocution lors du rassemblement du musée du Désert le 1er septembre 1929, publiée le 19 du même mois dans l’hebdomadaire Le Christianisme au xxe siècle, que la comparaison dépasse la simple allusion. L’auteur souligne différences et points communs entre les deux insurrections, autour de la volonté de défendre ses idées. Les Vendéens ont été menés par des nobles alors que les Camisards n’ont eu que des hommes de petite condition à leur tête ; les Vendéens se sont longuement préparés et sont bien structurés alors que les Camisards, agissant spontanément, sont désorganisés. Les Camisards auraient fait preuve de plus grandes vertus militaires et se seraient battus uniquement pour la liberté de conscience tandis que les motivations des Vendéens auraient été moins nobles… Coste rappelait surtout que ces deux conflits majeurs du XVIIIe siècle français n’ont suscité que quelques remarques comparatives ou de petits articles, sans que jamais une véritable étude ou une enquête historique n’aient été menées.

Achetez sur Librairie Jean Calvin.fr!

Près d’un siècle plus tard, le constat ne change pas et on ne peut que s’en étonner quand on relève l’omniprésence de ces deux guerres sur le plan national, international et dans l’historiographie. Peintres, romanciers, historiens n’ont cessé de s’intéresser à ces guerres. La réussite exceptionnelle du spectacle du Puy du Fou a mené à la création du premier parc d’attraction historique au monde. Fondé à la fin des années 1970 par Philippe de Villiers, il raconte la guerre de Vendée en impliquant la population régionale. En Cévennes, la pièce de théâtre créée en 2008 par Lionnel Astier, La nuit des Camisards, connaît un succès considérable, avec plus de 40 000 spectateurs.

 

Devant l’intérêt toujours réaffirmé pour l’histoire de ces deux conflits, il était important d’essayer de donner des pistes sur les raisons de la transmission de ces mémoires à travers les siècles.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :