Une tragédie mennonite – 1917-1939 (III)

 

« Ravages de la Guerre civile (1917-1922) »

 

Si le « bonheur mennonite » a bien existé en Russie impériale, il prend fin en 1917. Dans ce troisième épisode : des mennonites en plein chaos, des anarchistes sanguinaires, des Russes blancs et l’armée rouge transforment les colonies en « terres de sang ».

 

1. Terreur et chaos

La première phase de leur destruction suit la Révolution russe et la Guerre civile. Entre 1917 et 1922, les mennonites d’Ukraine vivent une période d’instabilité et de terreur. Leur position géographique les situe au milieu des combats, dont les avancées et contre-offensives transforment ces plaines en « terres de sang », pour reprendre l’expression de Timothy Snyder. Ils changent près de sept fois d’autorité ou d’occupants : Armée rouge, Allemands, Russes blancs[1], attaques de pillards anarchistes ou de Tatars en Crimée. A chaque fois : réquisitions, destructions de bâtiments, de récoltes, impôts nouveaux, hébergement des troupes, pillages, meurtres et viols.

 

2. Makhno l’anarchiste

Nestor Makhno (1889-1934), cauchemar des mennonites ukrainiens, est enterré au Père Lachaise à Paris.

Ils subissent surtout la terreur de Nestor Makhno, chef d’une troupe d’anarchistes qui veut éradiquer les colons. Il rançonne et massacre plusieurs centaines de mennonites. Entre octobre et décembre 1919, 6000 de ses hommes sillonnent les villages, sous un drapeau noir, commettant toutes sortes d’exactions, détruisant les fermes, parfois avec l’aide de la population russe locale[2]. Plusieurs événements vont marquer les mémoires. Le 26 octobre 1919, une « mission sous la tente » est attaquée ; cinq missionnaires et le prédicateur, Johann Schellenberg, sont découpés au sabre. L’attaque de Sagradovka[3] fait 199 morts et anéantit six villages. A.H. Wiebe a survécu au meurtre des instituteurs de l’école d’Orhloff :

Dans la salle des professeurs se tenaient les deux instituteurs du village, Abram P. Wiebe et Abram Toews. Quand Neufeld entra, il fut suivi par plusieurs de ces démons. Les instituteurs durent s’aligner contre le mur. Il y eut un bruit de tir et Toews, touché à la tête, s’effondra et mourut.  H. Neufeld eut assez de temps et de courage pour leur demander : ‘Mais pourquoi ? » Et il s’effondra, une balle en plein coeur. Wiebe vit l’arme pointée sur lui et s’écroula au moment même où le coup était tiré. Cette fois la balle manqua son but et quand Wiebe, plus tard, repris conscience, tout était calme autour de lui. Il se leva et s’enquit de ce qui s’était passé. Les bandits l’avaient simplement laissé pour mort.[4]

Avec Chortitza, Sagradovka est la colonie qui paie le plus lourd tribut. Le fléau passé, une centaine de survivantes devra être traitée pour la syphilis[5].

Fosse commune après le massacre du village mennonite de Blumenort, Molotschna, par Nestor Makhno, entre le 11 et le 13 novembre 1919.

3. Epidémies et famine

L’occupation de l’Armée rouge (décembre 1919- juin 1920) met un terme à l’anarchie, mais inaugure une nouvelle forme de terreur : grâce au « bras armé du prolétariat », la Tchéka, les Soviets spolient les mennonites, répriment ceux qui résistent aux premières collectivisations des terres, et s’en prennent aux pasteurs. Les conséquences sont dramatiques, pour les Ukrainiens en particulier : une épidémie de typhus et une famine s’ensuivent (la première des trois famines qui toucheront la Russie), opérant une seconde « saignée statistique » de 5 millions de morts, avec un maximum atteint en Ukraine, révélant « de façon dramatique la régression agricole et la faillite de la politique de contrainte dans les campagnes »[6]. Les mennonites subissent de plein fouet les multiples conséquences de la guerre civile.

 

Présentation rapide de la guerre civile russe par A. Jevakhoff.

[1] Les soviets bolcheviques (fév.1917-avr.1918) ; Occupation allemande (avr.1918-nov.1918) ; Occupation des « Russes blancs » (Automne 1918-mars1919) ; période de terreur et d’anarchie (mars-juil.1919) : l’Armée rouge investit les colonies, puis, en juin une offensive de Denikine les replace sous domination des « Blancs » ; attaques et percées d’anarchistes (Automne 1919) ; Occupation de l’Armée rouge (déc.1919-juin1920) ; Offensive des Russes blancs, au cours de laquelle certains villages changent d’occupants une vingtaine de fois (juin-nov.1920) ; en 1921, stabilisation du conflit, tentatives pour émigrer.

[2] John B. Toews, Lost fatherland, The story of the Mennonite Emigration from Soviet Russia, 1921-1927, Regent College Publishing, « Studies in anabaptist and mennonite history », Vancouver, (1968) 2003,

[3] Implantation issue de la Molotschna, qui sera particulièrement martyrisée.

[4] Aaron A. Toews, Mennonites martyrs, People who suffered for their faith, 1920-1940, Winnipeg, Kindred Press, p.143.

[5] William Schroeder, Helmut T. Huebert, Mennonite Historical Atlas, Winnipeg, Springfield Publishers, 1996, p.138.

[6] Sabine Dullin, Histoire de l’URSS, Paris, La Découverte, « Repères », 2009, p.19.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :