Une tragédie mennonite – 1917-1939 (II)

Il y a 100 ans, la famille impériale des Romanov était assassinée en Russie. Au même moment, une autre tragédie débutait : celle de la destruction des colonies mennonites d’Ukraine et de Russie. Qui étaient ces mennonites? Que faisaient-ils en Russie?

« Le bonheur mennonite »

 

Catherine II de Russie

Dans la mémoire mennonite, le début du XXème siècle correspond à « l’âge d’or » de leurs colonies d’Ukraine et de Russie. A la fin du XVIIIème siècle, la tsarine Catherine II leur avait offert des terres qu’elle souhaitait valoriser et peupler aux confins de son Empire. Des mennonites pacifistes de Prusse profitèrent de ce mouvement de colonisation pour fuir le nationalisme montant en Allemagne et la perte de certains avantages. Ils négocièrent une charte de privilèges qui leur garantissait une administration autonome et l’exemption du service militaire.

Ils fondèrent quatre colonies-mères : Chortitza (1789), Molotschna (1804), Am Trakt (1854) et Alt Samara (1859), qui essaimèrent continuellement par la suite, notamment en Crimée et en Sibérie occidentale. Après des débuts difficiles, elles devinrent florissantes, et, même si le « paradis mennonite » n’exista que dans la mémoire de ceux qui croyaient l’avoir perdu, il y eut bien un « bonheur mennonite » en Ukraine entre 1860 et 1917.

Colonies Mennonites en Ukraine et Russie (Mennonite Historical Atlas), p.14.

 

Ce « bonheur » fut avant tout démographique et économique. Dans une moindre mesure, et avec des conflits internes, il fut aussi religieux. En 1864, on comptait que 12.000 mennonites avaient émigré ; en 1914, ils étaient plus de 100000 (soit 19,2% des colons allemands)[1]. Nombre d’entre eux s’enrichirent – certains considérablement – formant de vastes domaines agricoles et créant des industries. Cette prospérité eut une influence sur la vie spirituelle des communautés, qui tendaient naturellement vers le matérialisme et l’Eglise de multitude. Pour reprendre les termes des Mennonites touchés par le Réveil, « tous n’étaient pas des disciples du Christ ». Les mennonites eurent leurs criminels, leurs athées et leurs mauvais sujets. Cette réalité engendrait un problème politique ; étant autonomes, il leur fallait choisir, en leur sein, des administrateurs : maires, instituteurs, et même policiers. La situation ne concordait plus avec leur conception de l’Eglise : ils étaient devenus un « Etat dans l’Etat » (Mennonite state), et la séparation, si importante pour eux, entre l’Eglise et le pouvoir temporel, était abandonnée de fait.

 

Malgré cela, les colonies furent traversées par des Réveils, qui furent à l’origine d’une division[2] et de persécutions entre mennonites. Les traditionnalistes, majoritaires dans la juridiction civile et hostiles au Réveil, mirent en place une gamme de discriminations : évitement, injustices dans l’accès aux terres, peines de prisons, privations de droits… Des brigades montées chassaient même à coups de fouets ceux qui étaient baptisés dans le fleuve… Mais le Réveil coïncida avec la création d’œuvres (hôpitaux, asiles, orphelinats, écoles pour sourds-muets), un élan missionnaire, et un important réseau d’écoles qui favorisa leur cohésion.

Ecole pour sourds-muets de Tiege, colonie de Molotschna. La photo, des années 70, montre que les bâtiments ont été récupérés par la municipalité.

Ainsi, en 1917, les colonies mennonites comprenaient 440 villages, possédant leur propre système économique, leur langue, leur culture, leur religion, un ensemble d’œuvres sociales et un réseau scolaire. La 1ère Guerre Mondiale, qui raviva les haines anti-germaniques, ajoutée aux injustices que vivaient ouvriers et paysans russes accentua l’hostilité à leur égard.

 

[1] Bejamin W. Goossen, Chosen Nation : Mennonites and Germany in a Global Era, Princeton University Press, p.245.

[2] En 1860, les mennonites se séparent entre l’Eglise mennonite (Kirchliche) et l’Eglise des frères mennonites.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :