Lesdiguières (III) Le protestantisme en Dauphiné

 

Achetez sur Librairie Jean Calvin.fr!

Lesdiguières, le chef de guerre, est un huguenot du Dauphiné, comme nous l’avons vu dans notre premier post. Or le protestantisme dans cette région n’est pas si connu. Voilà pourquoi nous vous proposons une promenade géographique et historique à travers une parution récente : Protestants en Dauphiné, 500 ans d’histoire (XVIème-XXIème siècles).

 

Cet ouvrage co-dirigé par François Boulet (professeur agrégé d’histoire au Lycée international de saint Germain en Laye), Olivier Cogne (Directeur au Musée dauphinois), Stéphane Gal (Maître de conférences HDR à l’université Grenoble Alpes LARHARA), cherche à relater la riche histoire des protestants en Dauphiné à l’occasion des 500 ans de la Réforme.

Selon Jean-Pierre Barbier, président du département de l’Isère qui préface le livre, les articles qui le composent «  visent à mieux faire connaître le passé d’une minorité religieuse fort active en Dauphiné sous l’Ancien Régime, puis, après la Révolution, en Isère, dans la Drôme et les Hautes Alpes » : nous ne pouvons que nous réjouir d’un tel programme.

Un événement qui est également l’occasion de rendre hommage à un historien du protestantisme, Pierre Bolle (1923-2010), dont les travaux ont fait date sur le protestantisme français.

 

Achetez sur Librairie Jean Calvin.fr!

Si les liens entre protestantisme et Dauphiné ne sautent pas aux yeux (comparativement aux Cévennes par exemple), il suffit de poser son regard un instant de plus pour s’apercevoir que nous devons au Dauphiné quelques figures marquantes du protestantisme, dont l’influence n’a pas été confinée aux seules frontières dauphinoises, ni même françaises : le réformateur Guillaume Farel (1489-1565), le chef de guerre Lesdiguières (1543-1626), la bergère prophétesse Isabeau Vincent ( 1671-1688), le pasteur Daniel Chamier (1564-1621), « l’apôtre des hautes alpes » Félix Neff (1797-1829) parmi d’autres.

 

Différents articles nous sont présentés, dont certains font la part belle à ces figures marquantes, dont celui de Christophe Vyt qui souligne l’apport majeur de Farel dans « la génèse de la Réforme francophone ». Il rappelle que « si Farel exerca la quasi-totalité de son activité de réformateur en dehors du royaume et de sa province natale, il joua un rôle déterminant dans l’introduction, la diffusion et l’organisation de la Réforme dans le Dauphiné ».

Stéphane Gal met en lumière les rapports ambivalents entretenues par Lesdiguières (bras armé de la réforme durant les guerres de religion puis devenu « huguenot d’état », pour enfin abjurer le protestantisme en 1622 et recevoir l’épée de connétable, plus haute charge du royaume) et les protestants du Dauphiné. Rapports teintés de « paradoxes, entre amour et désamour, fidélité et infidélité, marquée à jamais par l’abjuration ». Il pose la question puis y répond, « mais cette rupture fut-elle si brutale et inattendue que cela ? »

Olivier Cogne s’attarde sur la fin de la coexistence religieuse à Grenoble sous Louis XIV.

Patrick Cabanel, dont la plume est toujours aussi agréable, s’exprime sur une figure méconnue et surprenante, le pasteur Alexis Muston, « historien des vaudois, littéralement dévoré par la passion de l’histoire », mais aussi poète et auteur d’un journal fascinant qui «  contrairement à ce que l’on pouvait attendre, n’a rien de pastoral, de théologique ou même de religieux », mais évoque plutôt des thèmes tels que «  le voyage, les jeunes femmes et l’amour ; l’histoire » et la poésie qui est un mode habituel d’expression chez ce pasteur.

Les autres articles non moins intéressants, se focalisent sur l’action protestante au sein de réalités sociétales, dont l’instauration d’une école à Mens (François Boulet), ou bien comment faire face à une recrudescence de sentiments hostiles dans la Drôme au XIXème siècle (Jean-Paul Augier), l’engagement protestant durant la seconde guerre mondiale (François Boulet). L’article de Mathilde Dubesset sur le rôle des protestants dans le planning familial achève la première partie (majeure) de l’ouvrage, pour laisser place à une succession de petits articles composant l’hommage à Pierre Bolle.

 

Bref, cet ouvrage bienvenu vous fera parcourir 500 ans d’histoire du protestantisme en Dauphiné comme si vous veniez de siroter un diabolo menthe.

 

A retrouver évidemment dans toutes nos librairies Jean Calvin et sur notre site internet !

Achetez sur Librairie Jean Calvin.fr!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :