Calvin et la foi d’Abraham : trois sermons

Achetez sur Librairie Jean Calvin.fr!

 

Prononcés en juin 1560, ces trois sermons de Jean Calvin se confrontent (et confrontent le lecteur) à la contradiction terrible vécue par Abraham au moment du sacrifice de son fils Isaac (Gn 21.33-22.15). Avec l’efficacité qu’on lui connait, Calvin nous instruit sur la nature de la foi véritable : 

C’est par la foi qu’Abraham a offert Isaac lorsqu’il a été mis à l’épreuve. Oui, il a offert son fils unique en sacrifice, bien qu’il ait reçu les promesses et que Dieu lui ait dit: C’est par Isaac qu’une descendance te sera assurée. Il pensait que Dieu était capable même de le ressusciter des morts. C’est pourquoi il a retrouvé son fils par une sorte de résurrection. (Hébreux 11.17-19)

La foi d’Abraham et l’épreuve de la contradiction

Dans ces sermons qui vont droit au coeur, Calvin insiste sur l’étendue de la mise à l’épreuve d’Abraham. Après avoir été contraint de quitter sa patrie, après avoir attendu un fils jusque dans sa vieillesse, Abraham est encore éprouvé par Dieu qui lui demande une chose apparement révoltante : sacrifier Isaac de sa propre main et renoncer à toute l’espérance qu’il représentait.

« Nous voyons donc ici comment, de toutes sortes de façons, Dieu a éprouvé le coeur de son serviteur à un point tel, que toutes les tentations qui peuvent nous arriver ne sont rien en comparaison. »

En effet, bien que la contradiction soit absolue, Abraham obéit, montrant que l’essence de la foi est de faire confiance à Dieu au sein des situations qui semblent le plus remettre en cause sa promesse.

« Voilà donc le vrai combat de la foi d’Abraham. Il est confronté à la mort dans le but d’en être troublé. Mais il place plus haut encore la puissance de Dieu et il dit : Là aussi, Dieu aura le dessus. »

Abraham est donc le père des vrais croyants et un exemple à suivre, car c’est par cette foi qu’il a été justifié.

 

Un recueil qui fonde la foi et lui donne toute sa mesure

Ces trois sermons éclairent donc des textes qui peuvent susciter l’incompréhension. Ils répondent à des questions fondamentales sur la nature de la foi, l’obéissance et le service véritable. Passant par ce monde sans s’y attacher, le patriarche a regardé « plus haut que le monde », vers les promesses que Dieu lui avait données. Il sera ainsi secouru.

Ecrits il y a plusieurs siècles, ils sont d’une actualité saisissante, car les enjeux d’une foi persévérante n’ont pas changé. Avec son sens de la formule et son autorité, Calvin exhorte le croyant à imiter Abraham, et à authentifier son amour pour Dieu en se consacrant à lui et en renonçant à lui-même:

Bref, si la perfection chrétienne c’est de sincèrement vouloir s’attacher à Dieu, il faut aussi y ajouter ce second point : être prêt pour l’amour de Dieu à tout quitter, aussi désirable que cela puisse être pour nous. Nous devons préférer son honneur à tout ce que nous avons de plus précieux…

De lecture aisée (la graphie et le vocabulaire sont en français moderne) et pour le grand public, nous vous les recommandons tout spécialement.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :